Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Au bord du fleuve

Conservation et valorisation du patrimoine de Sainte-Luce-sur-Loire

 

 

Depuis juin 2008, l'association Au bord du fleuve travaille pour connaître et faire connaître l'histoire de Sainte-Luce à travers son patrimoine. La recherche historique, la valorisation, la restauration, l'éducation au patrimoine sont parmi nos objectifs pour permettre aux Lucéens de s'approprier l'histoire, le patrimoine et l'héritage commun qu'il représente. Au Bord Du Fleuve, c’est aussi le patrimoine naturel, la sensibilisation autour de notre environnement, de la faune, de la flore et des actions auprès du centre de loisirs de Sainte Luce.

Patrimoine humain - Manoirs

Patrimoine Humain

 

Jusqu’à la fin des années soixante, la commune était essentiellement agricole. Ses activités étaient tournées vers la polyculture (légumes de plein champ, vignes…) et l’élevage. Après la seconde guerre mondiale, Sainte-Luce-sur-Loire se spécialise dans le maraîchage. Puis ce bourg rural s’est transformé en ville d’agglomération, surtout à partir des années soixante-dix. Nous essayons, à travers  notamment des rencontres et des entretiens privés, de retracer la vie et l’histoire humaine du passé : les activités économiques, les coutumes, les traditions, les fêtes, les écoles, les anecdotes… Toute cette vie d’autrefois nous intéresse et nous avons envie de transmettre cet héritage du passé aux nouvelles générations.

 

 

Un travail de recherche est en cours sur le quartier de la Minais actuellement.

 

Nous avons besoin de tous les témoignages, mais aussi de tous les documents, de tous les détails pour  nous aider à suivre la piste de nos ancêtres. 

 

 

Manoirs

    

 

Sur le territoire de la commune de Sainte-Luce-sur-Loire subsistent encore plusieurs maisons nobles, manoirs datant de diverses époques et toujours propriétés privées : La Haie, La Nobilière, La Mignonnerie, La Thébaudière, Le Linot, Le Perrier, La Gironnière, La Poitevinière, Le grand et le petit Plessis, La Chaussée, Belle-Rivière, La Saminière ou l’Angle, etc.

 

Le manoir de Bellevue, propriété de la municipalité depuis 1983, est devenu un centre de loisirs pour enfants. Chassay, hôtel de ville depuis 1975, est étudié dans une Commission spéciale.

 

Tous ces lieux sont chargés d’histoire, mais leur connaissance reste souvent difficile par manque de documents écrits.

 

 

 

 

Le  château de Chassay

 Le château de Chassay : d’une résidence épiscopale à l’Hôtel de Ville.

Château de Chassay

Le château du Chassay

 

Le château de Chassay, joyau architectural de Sainte-Luce-sur-Loire a une très longue histoire.

Résidence épiscopale de campagne jusqu’à la Révolution, il est vendu comme bien national en 1791. Acquis par la famille Taillepied de Bondy en 1826, il devient, par héritage, propriété des Frémond de la Merveillère en 1903. Racheté par l’Union des 16 coopératives de Loire-Atlantique pour installer un centre d’élevage et d’insémination artificielle en 1955, Chassay devient en 1975 l’Hôtel de ville de Sainte-Luce-sur-Loire.

Cette longue histoire comporte beaucoup de zones d’ombres car les sources historiques sont peu nombreuses et souvent incertaines. Depuis quelques années, le travail de recherche de l’association aux Archives municipales et départementales, à la DRAC ainsi qu’une collaboration avec les Monuments historiques ont permis d’avoir un nouveau regard sur des problèmes de datation de certaines parties du château.

Lors de nos recherches nous avons rencontré un personnage très intéressant : Philippe du Bec, évêque de Nantes (1565-1598).

 

Philippe du Bec reçoit Henri IV à Chassay , le 13 avril 1598

 

Philippe du Bec joue un rôle très important dans l’histoire de son pays, marquée par les guerres civiles entrent catholiques et protestants. Anti-calviniste mais loyaliste envers le nouveau roi protestant Henry IV, il se heurte à l’opposition violente du clergé nantais ultracatholique. L’évêque choisi t alors de s’éloigner de son diocèse. Il œuvre à la conversion du nouveau roi et concélèbre la messe d’abjuration d’Henry IV en 1593.

D’après certaines sources, Philippe du Bec a un attachement particulier pour la résidence de campagne des évêques à Chassay.

Le treizième jour d’avril 1598, un compte rendu municipal de Nantes atteste qu’Henry IV, invité par l’évêque, dîne à Chassay avant de se rendre à Nantes pour signer le célèbre Édit de pacification mettant fin aux guerres de religion. Henry IV triomphant fait son entrée royale dans la ville de Nantes avec Philippe du Bec à ses côtés.

 

 

A télécharger : le livre du chassay 2013.